Londres en 2 jours (1/2)

Londres… LA ville qui en fait rêver plus d’unE. Quand on a vécu dans les petites villes françaises, et après tout, même quand on finit par atterrir à Paris ou n’importe quelle autre grande ville, Londres reste un fantasme ! Passons sur les bus rouges, les taxis aux rondeurs assumées et autres grosse horloge et grande roue, Londres c’est aussi des anglais, plein d’anglais avec des accents de londonien, des maisons typiques avec les bow window, des quartiers que l’on a vus et revus dans les films… Bridget Jones et son appart cosy, mais aussi Monsieur Darcy, Monsieur Darcy et encore monsieur Darcy. Oui ! Londres vu par deux françaises c’est par ici !

1.png

Nous voilà donc, au début du mois d’août 2016, toutes deux prêtes pour la première partie de nos vacances respectives, en commençant par fêter les 25 ans de l’une de nous à Londres !
Tu veux du bon plan pas cher ? Ne faisant pas (encore) partie de ces jeunes qui réussissent et ont plein d’argent très tôt, nous avons opté pour le bus ! Cinq ou six heures peut être, mais pour 50E l’aller retour et ce avec la Wi-Fi pour chopper des pokémons, ça se prenait ! Précisons que nous avons voyagé avec Oui bus pour un service plus sérieux et plus agréable que certaines autres compagnies.


Vers 16h nous voici donc arrivées saines et sauves, prêtes pour marcher 40 minutes jusqu’à notre auberge ! Il pleuvine, c’est véritablement l’été pour nous, pures nordistes ! Nous sommes donc à Victoria Station et sortons le GPS, l’objectif, atteindre le quartier de Soho. Le trajet fut plus long que prévu. Non pas parce que nous nous sommes perdues, non, un peu peut-être, mais surtout parce que Londres, c’est Londres, même au bout de la dixième fois… on s’y sent bien, on aime tout ! Notre trajet commence donc par la traversée de St James Park, marqué par la présence du Buckingam Palace. Du jamais vu évidemment.Puis au détour d’une rue, une surprise comme on les aime, une allée nichée entre les énormes boulevards : Clive Steps !

2.png

Pause photo terminée, on remet les sacs à dos et on réalise que l’on est pas très loin de ce que l’on peut appeler THE place to be de London pour les touristes : le Westminster Bridge ! Nous voilà donc, en bonnes françaises, posant sur ce fameux pont, tantôt avec le London Eye en fond, tantôt avec Big Ben !

3.png

Mais le périple doit continuer ! Nous voilà donc reparties, remontant doucement Parliament Street puis Whitehall pour arriver à … Trafalgar Square ! Malheureusement, impossible d’y prendre racine, les sacs à dos commencent à peser et l’auberge n’est plus très loin, nous décidons donc de franchir la dernière ligne droite le plus vite possible.
Mais ça… c’était sans compter sur le détour imprévu devant le Palace Theatre où se jouait alors Harry Potter and the Cursed Child Part 1 & 2. L’une de nous étant une fidèle de la secte de J.K Rowling depuis l’âge de 8 ans, (comme le veut souvent notre génération), il était,de toute façon, prévu de passer par cette étape (pas d’y entrer, non : la pauvreté nous l’interdit). Cela dit, tomber dessus par hasard, avoir le sentiment d’être au cœur de l’évènement alors même que la saga Harry Potter fait son comeback presque 10 ans après la sortie du septième tome, ça a indéniablement quelque chose de magique !

4.jpg

Enfin, oui enfin, nous repartons, bien décidées à déposer nos sacs avant de reprendre la balade londonienne. Nous finissons donc par trouver l’auberge de jeunesse que nous avions réservée : le SoHostel. Elle se trouve dans une petite rue du Soho Square Gardens, c’est bien simple, elle est idéalement placée ! Propre, un personnel très agréable, jeune, si c’est bien une auberge que vous cherchez et pas un hôtel où passer une nuit à 2 en amoureux, c’est l’idéal ! Les prix pour cette période de l’année dans une chambre de 4 étaient raisonnables et l’environnement était à la fête au rez de chaussée mais au calme aux étages ! Disons que le respect de chacun a l’air de mise chez So Hostel, un très bon point.


The first night

Le premier soir, nous avons pour ainsi dire, erré, découvert les alentours. À deux pas de l’auberge, la fin (ou le début ? ) d’Oxford Street, plus bas, le quartier chinois, puis Covent Garden, un incontournable qui a mérité sa photo panoramique !

20160802_200636.jpg

Mais les alentours ne se sont pas arrêtés là puisque nos pas nous ont conduits au parc Whitehall Gardens, une découverte qui a son charme. Au bas de ce coin de verdure, on tombe nez à nez avec la Tamise, à l’est le London Eye, à l’ouest Waterloo Bridge. En début de soirée (parlons même de chaude soirée car la fine bruine avait fini par faire place à la douceur de l’été), lorsque les voitures se font plus rares et que l’on a plus de chance de croiser des londoniens que des touristes, l’endroit est idéal pour s’imprégner calmement  de l’atmosphère de la ville.

5.png


Day 2 : Bike

Jour 2, après une nuit moyenne en compagnie de notre californian roomate qui ronfle pas mal, nous décollons en début de matinée avec pour objectif : Nothing Hill.

On en entend souvent parler, mais ce n’est pas le quartier sur lequel on tombe par hasard dans Londres, il faut aller le chercher ! Un peu loin de Soho cela dit, nous renonçons vite à l’idée (si anti-cellulite soit-elle) de nous y rendre à pieds et prenons donc le métro jusqu’à la station Nothing Hill Gate (ça ne s’invente pas). Arrivées sur place, les premières impressions sont celles d’un quartier calme, propre, riche et encore riche. Autant dire que l’on est loin des Twingo et des C3 garées sur le bas côté….

6b

Très vite, nous atteignons ces petites rues aux maisons colorées, typiquement Nothinghillienne ! On se dit que même en hiver et sous la pluie, ce genre de rue assure ne atmosphère sympathique, non ?

6.png

Ce qui est également appréciable dans ce quartier, c’est qu’il n’y a que peu de touristes ! Ceci dit, il faut aussi préciser qu’il n’y a pas non plus grand chose à y faire… C’est joli, c’est coloré, c’est parfait pour une balade au calme ! Oui, le quartier est bien loin de l’agitation de l’hyper centre. Il offre cependant son petit coin shopping et restauration avec Portobello Road Market. Il s’agit d’une longue rue présentant un marché permanent sur le trottoir mais également des petites boutiques et de quoi boire et manger ! On y trouve notamment beaucoup de bijoux et d’accessoires décoratifs mais aussi des enseignes de vêtements et d’objets vintage ! Bref, un tout autre Londres !

Notre petite promenade touchant à sa fin, nous nous perdons dans les petites rues moins touristiques du quartier dans l’idée de s’installer pour la pause de midi. Pause qui constituera en une sympathique boîte de 5 sushis pour 3 £ : la vie ! Nous nous retrouvons donc sommairement assises sur un muret de pierre délimitant l’entrée d’un parking. Il n’y a que très peu de passage, seulement une demi douzaine de londoniens auront donc eu un joli aperçu du campagnard français. Une fois repues (si si), nous sortons notre carte afin de décider de la prochaine expédition.Et alors que nous discutons du trajet à suivre, l’un de nos chers anglais passe devant nous, puis ralentit le pas et se tourne vers nous :

 » Hammm, est-ce quey ça va ? »

C’est la goutte d’eau, celle qui va noyer nos hormones dans un flot de charme british. Un gentleman sexy vient de nous demander si nous allions bien dans un français à l’accent londonien. Après l’avoir assuré que nous n’étions pas perdues avec tout le charme et l’élégance dont nous étions capables en dépit de nos barquettes de sushis sur les genoux et des graines de sésame aux mentons, nous regardons s’éloigner le costume sombre du londonien avant d’entamer une série de gloussements largement justifiée.

Mais trêve de niaiseries féminines, c’est décidé, nous mettons cap sur Chelsea, à pieds !

20160803_123734.jpg

Nous entamons ainsi notre périple, mais très vite, nous réalisons qu’il va être difficile de cheminer les larges rues du quartier à pieds pendant près d’une heure, d’autant plus que les talons de l’une de nous commencent à avoir des allures de tranche de bacon grillée (toujours réfléchir soigneusement au choix des chaussures avant ses vacances, TOUJOURS). Nous décidons donc tout d’abord de nous installer dans un café au milieu d’on ne sait trop quelle rue pour une pause rafraîchissante.

7.png

L’esprit et les jambes reposés, il nous vient alors une idée lumineuse qui va changer le cours de notre séjour : le vélo. Nous repérons sur nos téléphones qu’il y a une station Cycles très proche de nous : pourquoi pas ? Une fois la pause terminée, nous descendons la rue et tombons sur la station en question. Vient alors l’instant le plus sportif de notre week-end : détacher le vélo. En effet, une fois l’achat de notre titre de transport effectué, nous recevons un code permettant de déverrouiller la bicyclette, et pourtant… Il nous fallu certainement 12 jours et demi (ou du moins c’est ce qu’il nous sembla alors) pour parvenir à détacher les vélos. Tout est dans la bascule ! Mais voilà, malgré ces débuts houleux, ils sont maintenant là et si pendant les premières secondes nous aurions presque regretté l’absence de petites roues le temps de se remettre en selle, nous voilà bel et bien prêtes à sillonner le tout Londres sur nos 2 roues ! C’est ainsi que notre après-midi a pris un tournant radical. Nous voilà, cheveux au vent, filant dans les rues londoniennes sous un soleil des plus agréables, une vingtaine de degré, pas de pluie, pas de chaleur étouffante. Tout y est ! Bien sûr, nous ne sommes pas rassurées à l’idée de nous mêler à la circulation de Londres, mais la chose se fait finalement plus facilement que prévu et nous nous sentons tellement londoniennes ! Seul bémol ? Cela complique la prise de photo !

8.png

Notre course nous amène aux abords de Hyde Park, en pleine circulation, et nous permet de redécouvrir le parc sous un nouvel angle ! Ainsi, après avoir longé l’ouest du parc, nous approchons de Chelsea. Nous contournons les boulevards afin d’éviter les voitures. C’est en risquant ces petits détours que l’on tombe sur ces mélanges architecturaux improbables (comme on les aime), comme ici avec ce mélange de buildings modernes juste à côté de maisons classiqus et bourgeoises au possible.

9.png

Après une petite heure, nous voici arrivées au clou de cette traversée, nous atteignons les quais de la Tamise. Loin de Big Ben, nous voilà tranquillement à longer le fleuve, très peu de monde, un temps idéal, voilà qui viendra clore nos 3 heures de balades à vélo, la journée file et nous avons encore quelques petites choses à faire !

Après une grosse heure de repos, la soirée d’anniversaire commence ! Nous reprenons les vélos près de notre auberge de jeunesse afin de descendre jusqu’au London Eye. La première demi-heure est gratuite, l’objectif est donc clair  ! Et nous revoilà, déambulant en plein centre de Londres, cette fois-ci largement influencées par les cyclistes londoniens pour ne pas faire de bêtises. La route descend, elle passe par Trafalgar Square et nous ramène à Westminster, nous traversons le fameux pont à vélo toujours. Finalement, en 30, ou 31 minutes, nous ne saurons jamais, nous terminons notre course au bas de la grande roue. Sans problème d’orientation, nous aurions mis moitié moins de temps ! Nous redécouvrons Londres, si le métro ne permet pas réellement de faire le lien entre les points stratégiques de la ville, le vélo est définitivement idéal pour cela.

L’objectif de ce début de soirée, monter dans le London Eye pour la première fois, un joli cadeau d’anniversaire ! Après une grosse demi-heure d’attente, nous avons ce que nous voulons, le coucher du soleil sur Londres. Séquence photos souvenirs dans 3,2, 1…

11

10

Et on redescend…

15

Après ce tour de grande roue parfaitement féerique, nous avons faim et soif ! Nous retournons vers notre quartier, à pieds cette fois. Afin d’arroser cette 25e année, nous faisons un arrêt au Tesco de Trafalgar Square pour acheter une bouteille de cidre Kopperberg à la poire… Si vous êtes amateur de boissons fruitées et légèrement alcoolisées ( si si ) ces petite bouteilles valent le détour. D’autant plus qu’il est a priori impossible d’en trouver outre-manche (à notre grand désespoir). Seule possibilité, demander à Amazon et payer le prix fort…Après 45 minutes passées sur les marches de Trafalgar Square à tenter d’ouvrir la bière avec nos dents, la rampe, les escaliers… tout renonçons à boire dans l’immédiat et tâchons d’aller manger ! Les pauvres sushis du midi commencent sérieusement à ne plus suffire à notre survie.

20160803_210153.jpg

Alors que nous ciblons le quartier chinois, nous passons par Leicester Square et il se trouve qu’une foule de gens s’agglutine près du cinéma Odéon. En bonnes brebis, nous nous mêlons au troupeau et nous apercevons que nous sommes en plein dans la première d’un film ! C’est surréaliste. Des acteurs (que nous ne connaissons absolument) pas descendent des limousines, c’est comme ça à Londres, au détour d’une rue, une première de film ! Il nous aura fallu quitter la foule et prendre du recul pour comprendre qu’il s’agissait tout de même du film Suicide Squad (que nous n’avons toujours pas vu depuis).

20160803_212441.jpg

Nous finissons, comme prévu, notre course dans un resto chinois, face à un couple qui n’a visiblement pas appris à manger bouche fermée.

L’objectif de ce repas est toutefois accomplis, avoir le ventre plein et avoir emprunté une fourchette pour décapsuler notre Kopperberg à la poire. Cette bouteille nous la dégusterons, épuisées sur Leicester Square aux alentours de minuit, refroidies maintenant que la nuit est tombée et entourées d’autant de gens que s’il faisait jour. L’atmosphère grisante d’une soirée estivale en plein Londres.


Day 3 : The end

Le lendemain matin, nous sommes réveillées par les hélicoptères, il y a eu une attaque au couteau près de là où nous avions passé la soirée, l’ambiance est à l’inquiétude dans la ville. Nous profitons cependant de nos dernières heures pour faire quelques achats sur Oxford Street qui se trouve littéralement à deux pas de Soho Square. Nous passons notamment par Waterstones pour aller chercher le Graal du moment.

17.png

Quelques souvenirs plus tard, nous terminons Oxford Street sur Hyde Park, près de Marble Arch, un incontournable.

SONY DSC

SONY DSC

Puis, nous rentrons récupérer nos sacs, mangeons une dernière barquette de sushis à 3£ et prenons le bus jusqu’à Victoria Station.

18.png

Un article très long pour 2 jours et demi à peine, mais Londres, c’est Londres…
On espère que vous aurez apprécié le voyage !

20160804_124815.jpg

Allez bisous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s